Lettre d’information N°29

Lettre d’information de mars 2017 (N° 29)

La vie de l’école

A cette date, 316 enfants fréquentent l’école, 144 l’ont quitté. Le dernier arrivant a le numéro 460. Le financement est assuré par 280 parrains et 18 donateurs. Il y a un peu plus de filles (163) que de garçons.
A noter que, lorsqu’on prend une photo, les filles comme les femmes adultes refusent d’être devant…
Les cours d’anglais avec la nouvelle professeure se passent mieux, les élèves parlent plus, et les visiteurs eux mêmes commencent à le ressentir, trouvent que les enfants sont moins complexés pour parler anglais.

Une école à Bodh Gaya - cours de musique - 2017
Cours de musique

Harmonium indienDes instruments de musique ont été achetés : harmonium indien (le soufflet est actionné à la main), tablas, tambourins, nal (sorte de tambour que l’on tape aux deux extrémités) ; les cours ont lieu le samedi, les grands semblent apprécier.

Continuer la lecture de Lettre d’information N°29

Lettre de Reena

Lama, le trésorier de l’association s’est rendu à Bodh Gaya en décembre. A cette occasion Reena lui a remis une lettre
2017-01-06_082419 Lettre de Reena
Dans la lettre d’information N°28, nous vous avons parlé de Reena, la sœur de Rajesh, dont le mari est mort récemment d’un accident, et qui ayant la qualification nécessaire pour ce poste a été recrutée afin de dédoubler la classe des petits qui comptait plus de 40 élèves.
2017-01-06_081628 Lettre de Reena
Reena, a  remis une lettre de remerciement très émouvante à Lama pour le french comittee (bureau de l’association UEABG). La lettre est rédigée en hindi, mais voici la traduction en français :

2017-01-06_081708 Lettre de Reena

2016-12-31_075409Par ailleurs, le personnel de l’école a rendu un hommage aux parrains et donateurs avant le goûter pour le 31 décembre :

L’école de 2015 à aujourd’hui

2015

Évolution de l’association

En mars nous venons de scolariser le 400e enfant depuis l’ouverture de l’école en 2004. En cette fin d’année scolaire 2015 ils sont 311 enfants à être répartis en 14 classes et 12 niveaux, soutenus par 288 parrains et marraines. En octobre 2015 le nombre d’enfants accueillis depuis le début est passé à 419.

Fin 2014, l’école a reçu un Certificat du Département de l’Éducation du Bihar, ce qui permet d’enseigner au-delà de la classe 8, dans les classes 9 et 10, sans avoir à demander chaque année une autorisation spécifique. Les agents venus pour évaluer l’école ont été très impressionnés par l’activité et la bonne tenue de l’école. Dans le district de Gaya, sur 561 demandes, seules 120 ont reçu ce certificat. Des aides gouvernementales peuvent ainsi être données, par exemple des bicyclettes aux élèves qui habitent loin. Cette nouvelle a été relayée dans les journaux locaux, ce qui est excellent pour la réputation de l’école et de l’association.

Le cours de l’euro a chuté, l’inflation est forte en Inde (78 % entre 2003 et 2012). Les comptes de l’école sont rigoureux, rien n’est gaspillé et Rajesh gère au plus juste le budget. Nous demandons à ceux qui le peuvent d’augmenter leur participation.
Un groupe de pèlerins taïwanais est venu visiter l’école en décembre 2014. Ils ont admiré le travail de Rajesh tant à l’école que dans les villages. Pour mieux faire connaître l’association à l’étranger, un bénévole a traduit quelques pages du site en anglais, retraduites ensuite en thaïlandais par un des pèlerins !

Solidarité

Une école à Bodh Gaya - "peace for Paris" prières en mémoire des victimes des attentats de ParisSuite aux terribles attentats de Paris en novembre 2015, Rajesh a organisé à l’école, avec tous les élèves, les membres de l’association THES et les villageois, une cérémonie avec bougies et prières hindouistes, dessinant avec des bougies allumées les mots « Peace for Paris ». Il a envoyé des photos très émouvantes. Nous le remercions pour cette attention qui nous a beaucoup touchés.

La vie de l’école

Lors de sa venue, le trésorier a été ému de recevoir la visite d’anciens élèves. Ils sont pleins de gratitude pour tout ce qu’ils ont reçu, pour la chance dont ils ont bénéficié. Une ancienne professeure est venue de loin pour le saluer. Actuellement à Delhi en 1ère année de l’équivalent de l’ENA elle aimerait, si on lui offre un poste dans la haute administration du Bihar, travailler pour les défavorisés. Les castes n’existent plus officiellement en Inde depuis 1947, mais dans les faits les Intouchables sont le plus souvent des laissés pour compte et n’ont pas d’existence propre…
Pour la première fois depuis la création de l’école, des élèves sont arrivés en classe 10 et ont passé l’équivalent du baccalauréat. Comment mesurer la réussite de l’école si ce n’est par sa «cote» auprès des habitants de la région et la réussite scolaire des étudiants : nous sommes fiers d’avoir un taux de réussite élevé et même supérieur à d’autres écoles, même privées : résultats sur 14 élèves en classe 10 (examen équivalent au BAC) : 2 élèves notés 1er, 10 élèves notés 2e, 2 élèves notés 3e, peut être l’équivalent de nos mentions…
Actuellement deux élèves continuent leurs études en « prépa », l’une pour être professeur, l’autre médecin. Nous étions inquiets sur le devenir d’un élève handicapé mental, gardé à l’école pour l’aider à survivre en étant correctement nourri : il travaille maintenant dans un restaurant à la plonge et son patron est très satisfait.
Le fils (8 ans) d’un aide cuisinier a été cruellement attaqué par un chien sauvage. Il a été hospitalisé 4 jours à l’hôpital gouvernemental de Gaya dans des conditions insalubres. Rajesh et le trésorier sont allés le voir régulièrement à l’hôpital. L’enfant gardera des cicatrices mais il est en vie ! Le « fonds d’entraide » a encore servi. Il faut aussi noter qu’il sert à toutes sortes d’urgences. Parfois – il peut faire très froid l’hiver – des personnes âgées arrivent à l’école, pieds nus et mal nourries. On leur sert un thé chaud, des biscuits et ils repartent avec une couverture et des « tongs » aux pieds.

Dispensaire et atelier de couture

Comme toujours, le dispensaire a un taux de fréquentation élevé, mais le Dr Verma, qui le supervise, est très malade et Rajesh cherche un autre médecin.

Les cours de couture, gratuits, sont suivis avec assiduité, couronnés par un diplôme. Les femmes peuvent coudre des vêtements pour la famille et ce peut être aussi l’occasion pour elles de gagner leur vie. Souvent elles se retrouvent seules. Le mari est décédé, ou il est parti sans laisser d’adresse.

Divers

Comme toujours, visiteurs et parrains sont venus visiter l’école. Lorsqu’ils sont nombreux, Rajesh organise une réception avec chants et danses. Une marraine qui avait passé quelques jours à aider l’école a initié les enfants, pendant la récréation, à la création de bracelets en élastiques. Ils étaient enthousiastes ! L’entreprise française qui les commercialise a même fait don de quelques centaines de sachets d’élastiques.


2016

Évolution de l’association

449 enfants ont été accueillis depuis la création de l’école. Ils sont 305 enfants (dont 157 filles) à être scolarisés actuellement, soutenus par 281 parrains et une douzaine de donateurs occasionnels. Le personnel représente 26 personnes : direction, professeurs, cuisiniers, gardiens, femmes de ménage, etc.
En avril, 29 élèves ont quitté l’école, dont seulement 5 n’étaient pas en classe 10 – la dernière du cycle général. Il semble que les parents commencent à comprendre l’importance d’aller plus longtemps à l’école.
L’association indienne THES a reçu en février un agrément du Ministère de l’Education du Bihar. Notre école a été reconnue comme l’une des meilleures. A ce titre, THES devrait recevoir une subvention pour les fournitures scolaires. Elle sera la bienvenue, car l’inflation est énorme en Inde. La vie devient difficile pour tout le monde.
Une augmentation de rattrapage de 10 % sur les salaires des professeurs a été faite en janvier.

Événements dans la famille de Rajesh

La femme de Rajesh et Anamika

Rajesh a fait opérer en septembre 2015 sa petite fille, Anamika, d’une malformation à la jambe. Elle va mieux maintenant. Une deuxième intervention est prévue plus tard.
Un drame est survenu dans la famille : la sœur de Rajesh, Reena, a perdu brutalement son mari dans un accident de moto. Il a été électrocuté par un câble haute tension qui était à terre sur le bord de la route. Toute la famille est sous le choc. Nous nous associons à leur peine. Reena et ses deux fils restent sans ressource. La situation des veuves est terrible en Inde.

La vie de l’école

Le programme scolaire est celui de l’état du Bihar.
Dans les écoles d’état, les enfants sont 150 par classe.
Rajesh propose de consacrer une salle de classe à des cours de musique, avec un professeur spécialisé.

Les résultats de l’examen de fin de classe 10 (équivalent du baccalauréat) sont impressionnants et soulignent la qualité de l’enseignement : 19 élèves sur 24 ont réussi : 3 mention « très bien », 9 mention « bien », 7 mention « assez bien ». 12 continuent en classe 11 « gouvernementale », dont 7 filles. La moitié de la promotion a choisi de faire les 2 ans de classes préparatoires avant d’entrer à l’université !

Pour ceux qui ont choisi de quitter leurs études à la fin de la classe 10 : 4 filles sont parties vivre avec leur mari ; les garçons sont chauffeur, charpentier, vendeur de vêtements ou travaillent dans une usine de briques ou de vêtements. 2 garçons travaillent tout en continuant leurs études.
Qui se serait attendu à de tels résultats chez des Intouchables ? Le fait que ces jeunes fassent des études modifie complètement la vie d’une famille, d’une communauté, d’un village. Leur gratitude est immense vis-à-vis de l’association et nombreux sont les parents qui attendent des parrains et marraines pour que leur enfant ait la chance de recevoir une éducation de cette qualité.
La classe des petits comptait plus de 40 élèves. Il était nécessaire de la dédoubler. Une institutrice a été recrutée : Reena, la sœur de Rajesh. Elle a la qualification nécessaire et est heureuse de remplir ce poste.
Rajesh a recruté une femme comme professeur d’anglais. Les cours sont devenus d’un meilleur niveau. Elle est plus efficace que le précédent professeur et insiste sur l’expression orale.

Divers

Si un parrain fait le voyage à Bodh Gaya et désire apporter quelque chose à l’école, il est préférable que ce soit du désinfectant, des compresses, des pansements, produits qui sont très chers en Inde. Pas de médicaments parce que les notices en français rendent impossible leur utilisation.

Lettre d’information N°28

Lettre d’information N°28 (octobre 2016)

COMPTE-RENDU de l’Assemblée Générale du 8 juin 2016

L’Assemblée Générale s’est tenue le 8 juin 2016 à Meudon. 9 parrains étaient présents. Nombre de membres convoqués : 287, nombre de présents et représentés : 59.

Rapport moral

Vie de l’école

L’association compte aujourd’hui 281 parrains. 449 enfants ont été scolarisés depuis la création de l’école, 305 élèves (dont 157 filles) suivent actuellement l’enseignement. 26 personnes, direction, professeurs, cuisiniers, gardiens, etc. travaillent à l’école. En avril, 29 élèves ont quitté l’école, dont seulement 5 qui n’étaient pas dans la dernière classe (classe 10) : il semble que les parents commencent à comprendre l’importance d’aller plus longtemps à l’école.

lettreinfo-28-image05-sanju-l82419La classe des petits comptant plus de 40 élèves, il était nécessaire de la dédoubler. Une institutrice a été recrutée; c’est la sœur de Rajesh, Reena (dont le mari est mort il y a peu) qui a la qualification nécessaire, et qui est heureuse de remplir le poste.

L es cours d’anglais n’étant pas suffisamment efficaces, Rajesh a embauché un professeur d’anglais femme, qui fait parler les élèves.

Continuer la lecture de Lettre d’information N°28

Lettre d’information N°27

Lettre d’information N°27 (avril 2016)

La vie de l’école

Actuellement, à la fin de l’année scolaire, 317 enfants fréquentent l’école, 114 l’ont déjà quittée; à cette date, le financement est assuré par 283 parrains ainsi qu’une douzaine de donateurs.

Le directeur de l’école, Rajesh, vient d’embaucher une femme professeur d’anglais, qui va insister sur l’expression orale en anglais.

L’école vient d’être sélectionnée parmi les écoles de Bodh Gaya, comme étant parmi les « meilleures » par les instances de l’état; à ce titre, l’école recevra peut être une subvention du gouvernement du Bihar. Cette subvention sera la bienvenue, car la vie a énormément augmenté en Inde ces dernières années.

Les professeurs sont très motivés et acceptent d’être payés moins que le salaire officiel. Cependant l’inflation est telle en Inde qu’à leur demande, leur salaire a été augmenté : l’inflation officielle est de l’ordre de 6% par an et « la vie est difficile pour tout le monde; le coût du transport a augmenté beaucoup à cause du prix du diesel et du pétrole, la nourriture est très chère, les légumes ont plus que doublé, et les lentilles ont triplé (60 roupies par Kg l’année dernière, et maintenant 180 roupies)« , nous dit Rajesh; avec 10% d’augmentation ils gagnent ainsi environ 6200 roupies, soit 84€/mois.

Continuer la lecture de Lettre d’information N°27

Peace for Paris

Suite aux terribles attentats de Paris, nous avons reçu un message de Rajesh, le directeur de l’école, avec quelques photos très émouvantes :

« Au sujet des attaques à Paris, nous avons fait une prière avec des bougies à l’école avec tous les élèves, les membres de l’association (T.H.E.S) et des villageois. Nous condamnons fortement ces attaques et avons fait une prière spéciale pour ceux qui ont souffert de ces attaques. Nous sommes tous avec vous et c’était vraiment très triste pour nous aussi. »

Here about Paris blast we did prayer with candle lamp at school with all the our students , Members of our association and villagers.
We are strongly contempt this blast in Paris and our students with all the members of T.H.E.S made special prayer for those who suffered by this blast . We all are with you and it was really painful for us also.
Your sincerely
Rajesh and all the team of T.H.E.S

PeaceForParis-p2 PeaceForParis-p1 PeaceForParis-20151120_101555 PeaceForParis-20151120_091735_resized Une école à Bodh Gaya - "peace for Paris" prières en mémoire des victimes des attentats de Paris

 

 

Lettre d’information N°26

Lettre d’information N°26 (novembre 2015)

COMPTE-RENDU de l’Assemblée Générale du 3 octobre 2015

Cette année l’Assemblée Générale s’est tenue le 3 octobre 2015 à Lusse (Vosges), lieu proche de l’habitation d’une grande partie des membres de l’association : 30 parrains étaient présents.

Nombre de membres convoqués : 291, nombre de présents et représentés : 68.

Rapport moral

Yves Tisserand représente le président, Patrick Brion, qui n’a pu venir, et lit le texte du rapport moral préparé par Patrick :

Que de chemin parcouru, depuis ce voyage à Bodh Gaya de 3 « touristes », qui après discussions avec un jeune employé de l’hôtel, Rajesh, décident réaliser son rêve et de lancer le projet d’une école pour les indiens très pauvres des villages des environs. Aujourd’hui 419 enfants ont été scolarisés depuis la création de l’école, 306 élèves suivent actuellement l’enseignement de l’école, répartis dans 14 classes, et soutenus par 288 parrains et marraines. Et comme toujours le dispensaire a eu cette année un taux de fréquentation élevé, et les cours de couture sont toujours suivis avec assiduité par de nombreuses femmes.

Nous avons été amenés à faire appel à vous en demandant que les parrainages passent à 25 euros/mois, à cause de l’inflation en Inde et du cours de l’euro qui baisse. Nous fonctionnons au plus juste, les comptes sont tenus en Inde par un comptable, et une instance de surveillance légale indienne. Rien n’est gaspillé et Rajesh gère au plus juste le budget. Continuer la lecture de Lettre d’information N°26

Lettre d’information N°25

Lettre d’information UEABG N° 25 (mars 2015)

La vie de l’école

Nous venons de scolariser le 400ème enfant depuis l’ouverture de l’école en 2004 ! Il y a en cette fin d’année scolaire 311 enfants à l’école, répartis en 14 classes, et 12 niveaux.

Fête nationale le 26 janvier
Fête nationale le 26 janvier
article-2014-10-11coupurejournalcertificatOct2014
Article dans la presse locale

En octobre 2014, l’école a reçu un Certificat du département de l’éducation du Bihar; Rajesh, le directeur de l’école, commente dans les termes suivants :
« L’obtention de ce certificat est très bénéfique pour l’école. En effet chaque année après la classe huit il était nécessaire de faire une demande d’autorisation pour pouvoir enseigner les classes neuf et dix; maintenant ce ne sera plus nécessaire ; grâce à ce certificat notre école peut aller jusqu’à la classe dix. De plus il peut y avoir de temps à autre des aides gouvernementales pour les étudiants : par exemple ils peuvent recevoir une bicyclette. Dans le district de Gaya, sur 561 demandes seules 120 écoles ont reçu ce certificat. Les agents qui sont venu pour évaluer l’école ont été très impressionnés de voir l’activité et la bonne tenue de notre école. »

Continuer la lecture de Lettre d’information N°25

A school in Bodh Gaya – Sponsor a child in India

A school in BODH GAYA
Tara Helping Education Society Foundation

Genesis

« A school in Bodh Gaya » started in 2002 as a project. A young Indian guy, Rajesh Verma, aged 23 at the time, worker in a hotel in Bodh Gaya (Bihar State, India), the place where the Buddha realized awakening, had a passionate wish to create a school that would provide free education for the poor children of that area. The motivation of that young Indian man comes from the fact that he himself could go to school during only three years, his parents being unable to pay for his scholarship; he even sold his blood to make his brother continue studies.

carteBihar (BodhGaya)

Bihar state, with its capital Patna, located in the East of the country, between Varanasi (Benares) and Kolkata (Calcutta), is one of the poorest states of India and consists of 80 million inhabitants. If Bodh Gaya witnesses the splendor of Buddhism and the devotion of the pilgrims by the fast construction of numerous temples and monasteries, the surrounding villages are extremely poor, with no water or electricity, no school or health center, most of the people being agricultural laborers, living essentially on rice growing and livestock farming. They are “untouchables”, victim of the customs that endure despite the official repeal of the system of castes since the independence around sixty years ago.

Rajesh talks with the tourists coming to Bodh Gaya, he makes friend with a French guy from Strasbourg and tells him about his dream: create a school for poor children. There is a state school, but the teacher gives a tip to the authorities and doesn’t come. The French guy comes again with two of his friends, and the idea of an organization based on the sponsoring of children is gaining ground. Back in France, one of those visitors suggests his friends to contribute, another one starts to create and administrate the project: the French organization “A school in Bodh Gaya” starts collecting funds that are directly transferred to the Indian organization THES (“Tara Helping Education Society Foundation”) that Rajesh created in India at the same time.

2003-2005

article-2015-02_english-googlemaps2003

March 2003: Rajesh is looking for a cheap plot of land near Pathra. He selects it out of villages, amidst fields, close to 4 villages from which the children might come on foot. The first duty of Rajesh is to select the poor children who wish to go to school, and take their picture.

April 2003: A French welfare organization, according to the law of 1901, is created, and called “A school in Bodh Gaya”, the statutes being published legally in the “Journal Officiel” of the French Republic. 48 persons are willing to donate 20€/month, and they receive the photograph of the child they are going to sponsor.

July 2003: Rajesh follows a training course in Pondichery (state of Tamil Nadu, south east of India) under the NGO “Volontariat”.

September 2003: The collected funds enable us to start the building of that school in India. Rajesh Verma leaves his job at the hotel, becomes the director of the school and manages the works. Bricks are offered by Rajesh’s uncle, a loan is taken out to finish the building (it ends by February 2005). A professional accountant controls regularly the invoices and accounts.

February 2004: The school consists in a single storey-building with 4 classrooms, a kitchen, an office, the bathroom and a surrounding wall. The finishing works (painting, water-proof quality) are done, the equipment of the kitchen is installed. Four teachers (2 men, 2 women), one cook and one security guard are recruited, while the furniture and the school books are purchased, the school uniforms are made, etc…

article-2015-02_english-image1May 2004: The school opens on May 2nd 2004, with the presence of some sponsors. The speeches of Rajesh, of the treasurer of the French organization and of the doctor, take place before the oath taken by the teachers. Ananda Lakshmi, an Indian woman from Pondichery that we met in 2003, designed the oath, through which the teachers promise to respect a code of ethics, especially not to follow the system of castes. Then meals and sweets were given to the children and their families.

July 2004: The school consists of 74 children and 4 teachers. The biggest children are in class III (in India classes run from I to X).

The cook prepares one meal a day for the children (it is often the only meal of their day); the cook is very attentive to the freshness of the food, the meals are balanced, they change every day on a weekly program, and are plentiful; children may take another helping unlimited. The big children are helpful to the younger ones.

article-2015-02_english-image2The hairdresser came to the school and 25 children who needed have got a haircut. A doctor comes every week for half a day, to examine the children; he treats them for minor skin problems and diverse infections due to a lack of hygiene. They simply have a low immunity, nothing more. After a few months the health of the children has already improved. Then the doctor comes only once a month, and his assistant continues to come one day out of two, to follow the treatments. Thanks to a donation a car is bought, to supply the food and transport the teachers.

article-2015-02_english-image3October 2004: We had to let go two teachers who were discriminating children regarding their caste; they expressed their disagreement with the spirit of the school. Rajesh found two supply teachers.

December 2004: Each sponsor gets a greeting card, written by the teacher, with a drawing made by the child.

article-2015-02_english-image4March 2005: The children moved to the upper class, and at that occasion they received new books and new exercise books.

After one year, 108 children are sponsored, they come to school regularly, they learn to read and to write, but also to wash their hands and teeth.
September 2005: There is a big meeting with the parents of the children; Rajesh explains to them that they should give time to their children, to read and write at home.

article-2015-02_english-image5October 2005: A plot of land adjacent to the school has been bought, partly thanks to a donation. The accounts and invoices have been controlled in great detail by a state organization; they are well kept and “A school in Bodh Gaya” stays without any profit: therefore it is free from taxes on income and it receives a very important certificate, leading to an official recognizing by the government. The check must be renewed every year.

February 2006: A local deputy has visited the school; he has been very interested, and promises a road with tarmac to get to the school. The newly bought plot of land is fenced in, a new floor is under construction above the building with the classrooms.

article-2015-02_english-image6May 2006: 155 children are sponsored. The 30 oldest of them subscribe to take the federal examination of the 5th class by the beginning of 2007. Two youngsters leave the school for a work. One young girl is seriously burnt at her thighs by a light (she is considered, by her family, as an unnecessary mouth to feed…)

September 2006: The floor is finished and enables us to lighten the classes of the youngest children and open two new classes. The director provides the equipment of the schoolyard: a slide and swings.

2007-2015

article-2015-02_english-googlemaps2009A grant received from an official French state organization enables us to extend the school: a covered playground, a new kitchen entirely tiled, a new office more functional for the director and his assistant, the surrounding wall and a second floor of classrooms are built. Adjacent plots of land are bought, the second building of classrooms is built in 2012.

article-2015-02_english-image7The older pupils, who left for other schools, passed their local exams. The fame of our school is increasing, it is said in the local newspaper. In March 2009, our school is at first rank, and gets a certificate from the Ministry of Education of Bihar State. In 2012, 9 pupils of the upper class passed the official exams in the city: 5 of them are the 1st and 4 are the 2nd in rank!

article-2015-02_english-image8At the director’s instigation, the French Committee of our organization has decided to help also the poor people of the villages around; the decision changes our statutes. Rajesh indicates that a health center would be very useful, as well as a course of sewing for women. In February 2010 the construction of a building next to the school starts; it includes a health center and a room for the sewing-course for adults. It is isolated from the school by a fence and has its own gate, to avoid disturbing the classes. The “Tara Medical Center” and the “Tara Women Formation Center” are opened in June 2010: about 150 villagers attended the ceremony of opening.

September 2010: The health center is running every day from 8 a.m. to 4 p.m. except on Sunday. Everyday 40 to 50 people come to the surgery hours, among them many children, mostly with fever or coughing problems.

There is a very high number of candidates for the sewing-course. It runs from Monday to Saturday, from 9 a.m. to 4 p.m., and is followed by 45 women in 3 groups. Each group is busy 2 hours/day, during 6 months. They contribute with 10 rupees/month, in order to be able to pay the course independently from their husband.

article-2015-02_english-image9April 2012: On the meeting with parents, Rajesh reminded them that this is a non-profit school, and that all teachers have a social vision on it. Then the father of a pupil, and a “saddhu” started talking, saying that they could never imagine having a health center and a school around here. They are very happy for that, and confirm that the school compares favorably with the very expensive local private school.

September 2012: The oldest pupils follow the course of computer science, given by one of the teachers of the school, using 4 computers supplied by the deputy; the English course has been strengthened in order to prepare them! It was necessary to get a generator to supply the failure of electricity at the school, and buy more computers!

June 2014: One of our pupils, Puja, deserved a special care, due to a heart deficiency; the donations of the sponsors enabled to pay more medical investigations: no need for surgery, Puja is now treated by drugs.

article-2015-02_english-googlemaps2014When the school year ends, some students leave the school; some girls get married but still come to school; boys get work, they earn more than their parents so they can help them; one boy is security guard, another one is doing construction, some are shop employees; one boy has been trained to be a carpenter, and left for Sri-Lanka: he obtained a passport thanks to the certificate he received in terminal Class X ; the salary he gets will highly improve the situation of his family, which is very poor. One girl has taken responsibilities in her village; some others continue their education with a governmental scholarship, one boy starts to study medicine.

2014 Accounts

As an example the Indian accountant sent us the detail of the expenses of the Indian NGO “THES” for the school year april 2013-march 2014 (see document)

article-2015-02_english-image10camembertFebruary 2015

396 children have come to the school, and 307 still come today. The classes run from nursery school to Class X. There are 30 employees: teachers, director and assistant, house maids, security ward, medical assistants, sewing teacher, etc… There are now 20 classrooms. The Medical Center and the sewing courses are fully functioning.

To contact us, please send a mail to:

ecoleabodhgaya@numericable.fr