Happy Diwali !

Un article de Marilyn

Diwali, également appelée Deepavali, est la fête la plus importante en Inde. Elle se déroule pendant le mois lunaire de la nouvelle lune d’octobre-novembre. Sa date varie donc chaque année. Cette année, Diwali tombe le 4 novembre.

Une fête grandiose et gigantesque : c’est la « Fête des Lumières » qui donne lieu à un véritable festival dans toute l’Inde. Elle est célébrée avec faste dans toutes les communautés et toutes les familles indiennes.

Les racines et le symbolisme de la fête : ce festival des lumières grandiose plonge ses racines dans la destruction du démon Narakasura par le Seigneur Krishna, relatée dans le Mahabharata. Diwali symbolise la victoire du bien sur le mal, de la lumière sur les ténèbres et la dissipation de l’obscurité et de l’ignorance par la force divine. Mais c’est aussi l’occasion de rechercher les grâces de la déesse Lakshmi qui octroie richesse et sagesse.

Les offrandes de prières et le resserrement des liens familiaux : Fêter Diwali et offrir des prières sincères peut aussi vous accorder une bonne santé physique et mentale, l’abondance, la chance et la victoire sur l’adversité. Cela resserre également les liens dans la famille. La famille se réunit, pendant trois jours à cinq jours de fêtes. Cette année, la fête a lieu du 2 au 5 novembre 2021.

Juste avant Diwali, c’est le grand nettoyage, la décoration de la maison et le shopping ! On prépare la maison. On désencombre, on jette le fouillis, on range, on décore et on y refait parfois les peintures. On y fait un grand ménage car les dieux n’aiment pas les maisons sales, ils n’y entrent pas. Les gens non plus, d’ailleurs, soit dit en passant. On dispose des arrangements de fleurs et de lumières sur le sol dans les coins de la maison ainsi qu’à l’extérieur.

On fait son shopping, on achète des cadeaux. On commence à préparer des douceurs à base de fruits secs, on colore du riz pour les offrandes et la décoration.

Puis les choses sérieuses commencent ! On reçoit de la visite de la part de famille proche ou lointaine, qui fait parfois le déplacement pour passer du temps ensemble. On y revoit ses enfants, ses parents, grand-parents, ses frères et sœurs, oncles, tantes, cousins et cousines, grands-parents, etc. La famille a une importance capitale en Inde.

Les femmes vont voler la vedette aux hommes : elles vont porter des vêtements neufs chaque jour, montrer leur garde-robes, leurs bijoux. Une parade de couleurs et de lumière ! Pendant cinq jours… On prépare beaucoup de plats et de desserts, on allume des feux d’artifices, on jette des pétards, on mange, mais qu’est-ce qu’on mange !

Et comme on n’en peut plus de tout ce qu’on a mangé, on s’écroule devant la télé pour regarder des films indiens 100 % Bollywood, avec musiques et danses. On joue aux cartes, aussi, quand il reste un peu d’énergie.

Le premier jour est consacré aux offrandes, à l’invitation des dieux et aux achats. On prend un bain rituel au coucher du soleil, on chante des mantras puissants, on se met dans l’ambiance de la fête. Les maisons de tradition hindouiste ont une petite pièce spéciale ou un endroit réservé dans la cours, dédié au culte. La famille fait des offrandes pour l’arrivée des dieux dans la maison. La déesse Lakhsmi y apporte santé, prospérité, bonheur et fortune. Des cérémonies d’offrandes et de prières ont également lieu dans les bureaux et les commerces, et les indiens achètent or, argent, bijoux, nouveaux ustensiles de cuisine, nouveaux vêtements, etc.

Le deuxième jour, on allume quatorze lumières pour chasser les démons. On fait le ménage (encore!), on utilise des huiles parfumées et des fleurs pour élever les vibrations. On dispose des compositions artistiques faites de riz coloré sur le seuil des habitations. Les lampes à huile brûlent toute la nuit.

C’est le troisième jour qui est « le jour de Diwali » à proprement parler. Toute la famille se réunit. On allume allume vingt-et-une bougies dans tous les coins et recoins de la maison pour chasser l’obscurité. Les parcs, les places publiques et toutes les maisons s’illuminent. On tire des feux d’artifices et des pétards partout, les pandits conduisent les pujas (prononcer poudja) auxquelles participent les familles, on distribue des douceurs, des bonbons.

Les hommes d’affaires et les commerçants font de même et inaugurent leurs nouveaux livres de compte pour l’année qui vient.

On continue le quatrième jour avec la puja de Govardhan. Elle est liée à la victoire du Seigneur Krishna qui a sauvé le peuple de Gokul de la colère du Seigneur Indra au mont Govardhan. Cette célébration draine des milliers de personnes dans les temples où l’on y baigne et on orne de guirlandes les déités. On reçoit la famille, la visite, on distribue des bonbons et de petits cadeaux aux voisins.

Le cinquième et dernier jour est consacré aux frères et aux sœurs dans la famille. C’est Bhai tika, ou Bhai Dhooj, un moment unique dans sa nature puisqu’il est exclusivement consacré au lien fort qui existe entre un frère et une sœur. La sœur prie pour la longue vie et la prospérité du frère. Symboliquement, elle appose une marque sur le front de son frère et il lui offre des cadeaux et de l’argent : il sera toujours là pour la protéger et elle sera toujours là pour l’accueillir chez elle.

Diwali est toujours accompagné de ferveur religieuse et enrichit les liens entre les personnes. Pendant ces cinq journées, les gens s’élèvent au dessus des distinctions de castes et accueillent la lumière divine dans l’unité.

Retrouver cet article sur la page Facebook de l’association.

Happy Diwali à tous !

Marilyn

Crédit photo : Udayaditya Barua